Ravitaillement du van

Veuillez patienter
Top

Chapitre 5 : rencontre avec les baleines

Après notre escale à Port Mouton chez Kenny, nous avons continué notre route vers Yarmouth puis Shelburne pour finalement atterrir à Digby ; petite ville côtière de la baie de Fundy.

J’ai choisi de faire un stop de quelques jours ici car je savais que cette baie est un lieu privilégié de l’observation de baleines.

À peine arrivée, j’ai commencé à regarder ce qui était proposé par les entreprises locales tout en vérifiant si les réglementations à ce sujet étaient aussi respectées, et j’ai jeté mon dévolu sur la petite société de “Mariner Cruises” qui se situe sur une île, elle-même tout au bout d’une presqu’île. Rendez-vous pris pour mercredi 26 juillet à 16h30. Il nous fallait partir bien à l’avance car le trajet pour rejoindre l’île est plutôt long du fait des deux ferries qu’il faut prendre avec notre van pour arriver à bon port.

Ce ne sont pas de longues traversées, à peine quelques minutes, mais l’attente pour monter dans le ferry fait qu’on passe vite d’1h30 à 2h de trajet pour arriver à notre destination.

Une fois sur place, bien en avance, nous avons découvert un lieu qui semblait hors du temps, embrumé et retiré de tout, mais avec tout de même des habitations, un bar et une station essence. J’ai toujours des coups de cœur pour les endroits reculés, et ce fut encore une fois le cas ici. Le temps d’attendre la personne qui allait garder Osi pendant l’excursion, Shannon, nous avons pu flâner et prendre quelques photos.

Une fois Osi entre de bonnes mains, nous nous sommes rendus à l’accueil situé dans un tout petit bungalow à quelques centaines de mètres où nous avons finalisé notre achat (35 euros par personne) et reçu les instructions pour nous rendre au bon endroit pour le départ.

Arrivés là-bas nous avons pu échanger un “bonjour” avec quelques personnes venues pour les mêmes raisons et nous avons très vite embarqué dans un petit bateau, accompagnés d’une naturaliste et de plusieurs spécialistes marins. C’était déjà très agréable de ne pas se retrouver avec des dizaines de personnes sur un énorme paquebot.

Règles de sécurité et explications faites sur les 3-4 heures qui vont suivre, nous sommes fin prêt à prendre la mer malgré le brouillard, et avec un peu de chance, peut-être verrons nous le plus grand mammifère de cette planète. D’ailleurs, si ce n’était pas le cas, l’entreprise nous offrirait un autre tour gratuitement quand on le souhaite, je trouve ça plutôt sympa !

Après 45 min – 1h en mer, le bateau s’arrête et nous faisons silence pour écouter les éventuelles respirations des baleines qui viennent reprendre leur souffle à la surface. Et visiblement, l’équipage les entend et nous demande de bien observer. Au loin, nous commençons à voir des geysers d’eau qui apparaissent. Ce sont elles, elles sont là et se rapprochent de nous. Nous nous déplaçons légèrement pour être mieux situés par rapport à leur trajectoire pour nous remettre à l’arrêt et en silence. Petit à petit, nous la voyons se rapprocher. Sortant juste le haut de son corps pour respirer, elle se rapproche de nous. Je tiens ma caméra sur le mode “film” sans vraiment regarder mon écran, obsédée par l’océan et l’attente de la revoir à nouveau. Je suis sur le haut du bateau et j’ai donc une vision très large de ce qui se passe autour, quand soudain, juste à quelques mètres de notre bateau un gros geyser apparaît à la surface. La baleine sort le haut de son corps et lentement replonge en nous offrant pour la première fois depuis le début, le magnifique spectacle de sa queue à l’extérieur de l’eau pour repartir l’instant d’après dans les profondeurs.

Je crois que c’était déjà trop pour moi, elle était si proche, je l’ai vu de si près, que je n’ai rien contrôlé et j’ai fondu en larmes d’émotions… Je venais de réaliser un de mes rêves et il était encore plus beau que tout ce que j’imaginais. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser à tout le mal qu’on peut leur faire dans certains endroits du monde, alors que ce sont les reines des océans. Le cycle de la vie de tout ce monde inconnu, mais aussi le nôtre, tient sur leurs épaules. En effet, les baleines sont essentielles à la production d’oxygène, même sur terre. Si vous voulez en apprendre plus je vous conseille le reportage « Sea Spiracy » , certes difficile, mais tristement réel.

Après ces montagnes russes émotionnelles et l’observation encore plusieurs minutes de cette beauté s’éloignant, je rejoins Steph en bas avec l’impression d’avoir déjà tout gagné lors de cette journée. Je pensais que nous allions rentrer mais j’étais loin d’imaginer ce qui nous attendait. Une heure de navigation plus tard, après de belles explications par la naturaliste et un échange passionnant avec un plongeur sur le bateau, je pensais que nous arrivions au port. Mais pas du tout ! Nous allions encore nous arrêter pour observer et cette fois-ci, quelle ne fût pas notre surprise de voir pas moins de 4 baleines nageant près de nous ! Elles sortaient leurs têtes les unes après les autres autour de notre embarcation. Je ne savais plus où donner de la tête tellement il se passait de choses en même temps !

Même la naturaliste semblait touchée et très heureuse de cette rencontre, car dans ces 4 baleines, il y en avait une qu’elle n’avait pas vue depuis 2 ans. En effet, au-delà de faire découvrir ce monde aux gens, cette société joue un vrai rôle de suivi des baleines, pour savoir comment elles vont, combien et où elles sont , même si c’est très dur de connaître précisément la vie d’une baleine. J’ai vu ses yeux s’illuminer quand son collègue lui a dit le nom de la baleine qu’il voyait arriver. Pour les reconnaître, cela se fait souvent par leur spécificité au niveau de la queue car elles ont toutes des tâches différentes à cet endroit.

C’est ainsi qu’après tant d’émotions, nous sommes rentrés au port, frigorifiés par les embruns, mais dans un sentiment de flottement irréaliste de ce que nous venions de vivre.

Je suis si reconnaissante d’avoir pu les voir si proches de moi, et ce moment m’a d’autant plus convaincu que la passion des océans est en train de naître en moi de plus en plus fort. La plongée avait été une révélation lors de mon passage de certification, mais plus j’en découvre sur ce monde, plus j’ai envie de m’y perdre…

Trinity le 26 août 2023