Ravitaillement du van

Veuillez patienter
Top

Ce n’est pas parce qu’on voyage que l’on doit passer à côté d’une de mes fêtes préférées : Halloween. Si vous n’avez pas la possibilité ou l’envie de la faire en extérieur, cet article est pour vous !
Certains d’entre vous ne le savent peut être pas mais je suis complètement addict aux jeux video et films d’horreur.

J’ai développé cette passion très tôt lorsque j’ai joué pour la première fois à Resident evil 2 à mes 8 ans (oui c’était beaucoup trop jeune), ce qui a réveillé chez moi un goût pour certains l’adrénaline que je pouvais ressentir à travers un écran.

LE commencement

Mon premier film d'horreur.

L’un des premiers vrai film d’horreur que j’ai vu, et qui reste à mes yeux un de mes préférés (je ne compte pas E.T qui m’a juste traumatisé quand j’avais 4ans), c’est BLAIR WITCH.

BLAIR WITCH c’est l’un des premiers « found footage » qui a démocratisé le genre, et surtout qui a su avec très peu de moyen créer une histoire crédible mais terrifiante à la limite du réel. Comme ce film est tourné comme un reportage, un sentiment de proximité immédiat se met en place, et en plus, les réalisateurs avaiten pris le temps de construire tout un site dans le “monde réel” parlant des personnes disparues dans le long métrage, de ce fait, lorsqu’on faisait des recherches sur ce dernier sur internet, on tombait sur des articles et photos qui laissaient planer le doute sur la véracité de l’histoire.

Vous l’avez compris je pourrai parler de ce film pendant des heures, il a même inspiré mon émission d’horreur sur Twitch « BLAIR TWITCH » qui d’ailleurs sera de retour dans une nouvelle formule prochainement…

Si vous ne l’avez pas vu c’est un classique par lequel il faut commencer, mais pour les autres, qui peut être comme moi on déjà vu tous les grands films du genre, j’avais envie de vous proposer une sélection de films beaucoup moins connus mais tout aussi excellents pour vous faire passer un Halloween mémorable et plein de puanteur… heu de fraîcheur !

Un film found footage est un genre cinématographique dans lequel l’histoire est présentée comme étant constituée de séquences vidéo ou filmées par les personnages du film eux-mêmes, souvent à travers des caméras amateurs ou des dispositifs de surveillance. L’illusion est que les événements se déroulent en temps réel et que le spectateur regarde des enregistrements authentiques découverts après coup. Ce style vise à créer une immersion réaliste et une expérience troublante pour les spectateurs.

Les films mythiques de ce style sont : BLAIR WITCH, REC, Paranormal Activity, Grave encounters…

Ma selection

Voici donc 4 films d’horreur « underground » que je vous conseille de voir bien au chaud dans votre van, hôtel ou chez vous. 

Cette sélection est très accès « found footage » (mais pas que) qui est un de mes styles préféré comme vous l’aurez compris.

Horror in the high desert : En juillet 2017, un passionné de randonnée disparait dans le nord du Nevada lors d'une excursion en plein air. Après une recherche approfondie, il n'a jamais été localisé. À l'occasion du troisième anniversaire de sa disparition, des amis et des proches se souviennent des événements qui ont conduit à sa disparition et, pour la première fois, parlent de la conclusion horrible de son destin.

 

Ce faux documentaire est une vraie pépite de suspense et rebondissement, il reprend tous les codes des vraies histoires de disparitions en y ajoutant une touche horrifique.

Le film “Host” est un thriller d’horreur qui se déroule pendant la pandémie de COVID-19. Un groupe d’amis organise une séance de spiritisme en ligne via une application de vidéoconférence. Cependant, lorsque des événements étranges commencent à se produire, ils se rendent compte qu’ils ont involontairement invoqué une présence maléfique. Le film suit leur lutte pour survivre alors qu’ils sont confrontés à des phénomènes paranormaux effrayants au sein de leurs propres maisons, tous capturés via des webcams.

 

Qui n’a pas discuté sur zoom avec ces amis pendant la pandémie ? L’intégralité de ce film a été tourné pendant le confinement et nous replonge dans cette période si spécial en y ajoutant un touche d’esprit malfaisant.

Apres avoir vécu 20 ans à Washington, Mark Klein cherche le réconfort dont il a besoin en s’installant dans la région sauvage et reculée de la virginie occidentale. Mais il réalise peu à peu que, malgré son environnement isolé, il n’est peut être pas seul ici.

 

Ce film réalisé par Josh Criss et tourné dans sa propre maison et qui joue lui même le rôle de Mark dégage un sentiment de réalisme total. Le personnage y est attachant, et les événements qu’il va vivre nous font frissonner pour lui.

Une jeune blogueuse spécialisée dans l'exploration urbaine visite un gigantesque hôpital abandonné avec son caméraman. Elle fait vivre en direct ses aventures à ses followers et ne coupe jamais la caméra. Or, cet hôpital va lui faire vivre un véritable cauchemar, car les drames du passé y ont laissé leurs traces.

Ce film est un plan séquence sans coupure d’une heure trente ! Un véritable tour de force hyper immersif et français. Il aura fallut 7 nuits de tournage dans un sanatorium français à raison de 2 tournages par nuit pour obtenir celui qui deviendra la version finale.

Sachez que personnellement je trouve beaucoup de mes pepites sur la plateforme de VOD dédiée à l’horreur “Shadowz”. Je n’ai plus qu’à vous souhaiter un bon Halloween, de mon coté je m’en vais le fêter à Salem cette année !

Halloween never dies !